Additifs dans l'huile de transformateur

  • Dois-je vérifier régulièrement la teneur en inhibiteurs ?

    Oui, cela est également recommandé selon la norme CEI 60422. EOS recommande une mesure de base après six mois et des mesures annuelles par la suite. Toutefois, en fonction des résultats, les phases peuvent être prolongées.

  • Quand et comment dois-je recharger l’inhibiteur ?

    La recommandation de l’EOS est de compléter l’inhibiteur lorsque le niveau descend en dessous de 0,1 %. Toutefois, la teneur en inhibiteurs de l’huile d’origine doit être prise en compte. Vous trouverez de plus amples informations dans la norme CEI 60422 et si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter.

  • Quelle quantité d’inhibiteur dois-je ajouter ?

    Notre recommandation est d’inhiber complètement l’huile, ce qui signifie une teneur en inhibiteurs de 0,3 à 0,4 % maximum.

  • Est-il vrai qu’un additif doit être ajouté à l’huile de transformateur après le traitement ?

    EOS recommande d’ajouter un inhibiteur d’oxydation à l’huile à la fin du processus de reconditionnement car il contribue à sa résistance à l’oxydation. Ce facteur, également connu sous le nom de stabilité chimique, est la propriété clé qui distingue l’huile isolante de l’huile végétale, par exemple.

    Lorsqu’une huile isolante neuve est utilisée pour la première fois en service, elle doit être capable de résister à toutes les contraintes auxquelles elle est exposée pendant son utilisation. Les exemples comprennent la production de chaleur due au fonctionnement de la centrale, un refroidissement inadéquat ou le contact de l’oxygène dans un transformateur qui respire librement, ce qui accélère l’oxydation. Tout comme le métal devient rouillé et le beurre rance, l’huile minérale devient « acide ». Une bonne huile d’isolation électrique se caractérise par sa capacité à résister à cette oxydation.

    Au cours de la durée de vie d’une huile isolante, qui – selon sa conception et les contraintes opérationnelles – peut être de dix ans dans le pire des cas et de 40 ans dans de bonnes conditions, les propres inhibiteurs d’oxydation – soufre et composés aromatiques – sont épuisés. En même temps, des acides et des boues se forment dans l’huile isolante, ce qui entraîne une augmentation de son taux d’acidité. Pour les transformateurs de puissance, ce chiffre clé est généralement déterminé chaque année par un test de routine et exprimé en mg de KOH/g. Les acides attaquent le papier isolant du transformateur et signifient finalement la fin du transformateur. Une limite supérieure pour ces dommages a maintenant été établie dans la gestion des installations pour les transformateurs de puissance, de sorte que si l’indice d’acidité est de 0,1-0,15 mg KOH/g, une intervention est nécessaire qui augmente l’espérance de vie.

    Le traitement sur place nettoie l’isolation en profondeur et produit une nouvelle huile isolante, tandis que les stocks d’inhibiteurs naturels – soufre et aromatiques – sont réduits. Pour cette raison, nous recommandons d’ajouter un inhibiteur à l’huile.

  • Quelles sont les différences entre les huiles isolantes inhibées et non inhibées ?

    Les huiles non inhibées sont des huiles minérales « naturelles » qui ne contiennent aucun additif, mais qui obtiennent les propriétés souhaitées grâce à une sélection rigoureuse du pétrole brut et aux méthodes de raffinage. Les huiles inhibées, en revanche, contiennent de petites quantités d’antioxydants (généralement du DBP ou DBPC), c’est-à-dire des substances qui inhibent l’oxydation et augmentent ainsi la stabilité chimique.

    Selon la qualité de l’huile isolante au moment de sa mise à disposition initiale, l’huile de base – qui n’est pas stabilisée – peut être suffisamment résistante à l’oxydation avant l’inhibition.

    Lors du suivi du processus de vieillissement des huiles stabilisées, une attention particulière doit être accordée, car leurs signes de détérioration sont différents de ceux d’une huile conventionnelle non stabilisée. Bien que l’inhibiteur prolonge la vie de l’huile, une fois qu’elle est dégradée, le vieillissement progresse généralement plus rapidement qu’avec une huile non stabilisée.

     

Analyses d'échantillons d'huile

  • Comment interpréter les résultats de l’analyse de l’huile isolante ?

    La CEI 60422 et VDE 0370 font des suggestions en fonction du type de transformateur. Sur la base des données du transformateur, nous donnons à nos clients des recommandations appropriées selon les spécifications de la norme CEI 60422. Notre service technique sur le terrain est toujours disponible pour répondre aux questions sur l’interprétation des données de mesure.

  • Pourquoi faut-il utiliser un tube en verre pour prélever un échantillon ?

    Le verre est recommandé pour trois raisons :
    1 Il ne se raye pas et ne favorise donc pas la contamination.
    2 Il est très facile à maintenir propre.
    3 S’il est encrassé, cela se voit généralement à l’oeil nu.

  • Mes transformateurs sont petits, mais ils alimentent des services critiques. Quels tests utiliser pour contrôler leur état ?

    La valeur d’une partie d’une installation à bain d’huile est parfois moins fonction des capitaux engagés que de l’importance de la charge qu’elle alimente. Ainsi, même pour des installations relativement petites et proportionnellement moins coûteuses, il est judicieux d’utiliser des mécanismes de surveillance sophistiqués, par exemple le contrôle de gaz dissous (Dissolved Gas Analysis – DGA).

Changement d’huile

  • Est-il nécessaire de remplacer l’huile d’un transformateur si l’huile présente une faible tension de claquage ?

    Cela n’est vraisemblablement pas nécessaire si c’est le seul facteur négatif. Une faible tension de claquage est provoquée par une pollution de l’huile par des particules de saleté ou de l’eau libre. L’eau dissoute peut aussi jouer un rôle si elle est vraiment présente en fortes quantités. C’est notamment le cas lorsqu’elle apparaît en liaison avec d’autres pollutions, par exemple des fibres. L’eau ainsi que les particules solides peuvent être retirées de l’huile sur place au moyen d’une installation de traitement mobile en travaillant sous vide. EOS dispose de la plus importante flotte de MPU (unités de traitement mobiles) de Grande Bretagne – et nous proposons à chaque client les méthodes les mieux adaptées au cas par cas.

  • Puis-je acheter de l’huile isolante recyclée même si je ne peux pas fournir d’huile usagée ?

    EOS dispose normalement d’un certain stock d’huile recyclée que nous obtenons à partir des stocks où des produits de substitution ont été utilisés pour le réapprovisionnement ou lorsque des usines ont été démantelées. Nous sommes donc en mesure de proposer de l’huile de recyclage à des clients qui ne nous fournissent pas la matière première. Dans ces cas, une petite redevance est perçue.

  • Puis-je utiliser de l’huile isolante recyclée pour remplir de nouveaux transformateurs ?

    Il n’y a aucune raison technique de ne pas utiliser l’huile isolante recyclée pour le premier remplissage des transformateurs. EOS est heureux de fournir votre huile isolante recyclée à tout fabricant de transformateurs. Par principe, l’opérateur de l’appareil doit consulter le fabricant respectif. Toutes les usines de transformation n’ont pas les moyens de séparer l’huile recyclée et l’huile neuve, ce qui peut rendre les choses plus difficiles. EOS peut vous conseiller sur ces questions.

  • Quelles sont les différences entre les huiles isolantes neuves et recyclées ?

    Ces deux types se distinguent principalement en termes de technologie, de facteurs environnementaux et d’économie.

    Technologie

    Les caractéristiques distinctives dans ce domaine sont très faibles et ne concernent pas la plupart des consommateurs. Pour les deux huiles isolantes, il convient de suivre les spécifications pour les transformateurs et les appareillages de commutation de la norme CEI 60296:2020 Spécifications pour les huiles isolantes minérales neuves et recyclées pour le même type d’équipement. L’huile isolante recyclée d’EOS est entièrement conforme aux exigences correspondantes pour les huiles neuves. Si l’huile isolante n’est pas utilisée, les valeurs mesurées sont toujours conformes aux spécifications et nous serons heureux de vous fournir un certificat d’analyse du lot actuel.

    Facteurs environnementaux

    Dans cette catégorie, les méthodes de production d’huile isolante neuve et recyclée diffèrent de trois façons : conservation, consommation d’énergie et minimisation des déchets.

    Préservation

    Comme les réserves mondiales de pétrole brut sont sans exception le résultat de processus qui ont eu lieu dans les premières étapes de l’histoire de la terre, il faut dire que les origines appartiennent au passé – du moins en termes humains. Le pétrole est donc une ressource limitée. Une fois le dernier fût produit, il n’y a plus rien. Il est donc extrêmement important que ces ressources soient utilisées à bon escient afin qu’elles soient disponibles le plus longtemps possible. Chaque fût d’huile isolante que nous recyclons n’a pas à être prélevé sur la terre.

    Consommation d’énergie

    Le processus d’exploration, de production, de transport et de raffinage de l’huile neuve nécessite plusieurs fois l’énergie nécessaire pour récupérer l’huile usagée et produire de l’huile recyclée. Ce besoin énergétique excessif fait non seulement augmenter les coûts financiers du produit final et de l’extraction des matières premières, mais il contribue également au réchauffement climatique.

    Réduction des déchets

    En retournant les huiles isolantes usagées à EOS, nos clients apportent une contribution utile à deux égards : d’une part, ils garantissent la disponibilité des ressources plus longtemps et, d’autre part, ils remettent ce qui serait autrement irrémédiablement perdu lors de l’incinération des déchets. EOS travaille avec des procédures et des mécanismes d’inspection entièrement documentés et approuvés et vous aide ainsi à remplir votre devoir de diligence. Nous sommes une entreprise de gestion des déchets certifiée, nous éliminons les huiles isolantes au moyen d’un certificat d’élimination et nous vous envoyons tous les documents.

    Efficacité économique

    Coûts

    La récupération de l’huile isolante usagée coûte moins cher que le processus de production du « nouveau » pétrole (exploration, production, transport, raffinage). Le prix de l’huile de transformateur recyclée est généralement inférieur de 10 à 20 % à celui de l’huile non utilisée.

    Stabilité

    Alors que le prix de l’huile neuve dépend des impondérables du marché international du pétrole et des fluctuations monétaires, ce qui entraîne des changements soudains et imprévisibles du prix du produit fini, le prix de l’huile recyclée n’est affecté que par l’inflation sur le marché européen.

  • Pendant combien de temps l’huile isolante peut-elle être stockée dans des GRV et des fûts ?

    Il n’y a pas de durée de conservation typique, car les signes de détérioration dépendent beaucoup plus du type de stockage que de sa durée. Une règle de base est de toujours stocker l’huile isolante dans un environnement aussi proche que possible de l’état idéal et de garder la durée de stockage aussi courte que possible. Si les conditions de stockage sont « idéales » et que le fût est sûr à 100%, le pétrole isolant devrait conserver ses caractéristiques spécifiques presque indéfiniment.

    Toutefois, nous déconseillons de stocker de l’huile isolante dans des GRV ou des fûts pendant plus de six mois, même si les conditions sont très bonnes. Quelle que soit la durée de stockage de l’huile avant utilisation et les conditions, toute huile isolante doit être analysée afin de déterminer si elle possède (en particulier) les propriétés de sécurité qui sont importantes pour la plante dans laquelle elle sera utilisée.

  • Quand est-il généralement recommandé de remplacer l’huile isolante ?

    Si l’huile isolante a vieilli ou s’est oxydée dans une certaine mesure, il peut être économiquement judicieux de la remplacer.

    S’il y a d’autres travaux à effectuer sur l’installation pour lesquels l’huile isolante doit être vidangée, cela peut être une bonne occasion de retirer l’huile en question pour la récupérer et de la remplacer par de l’huile recyclée au lieu de la stocker temporairement. Dans ce contexte, il serait également possible d’étudier comment le vieillissement et l’accumulation d’eau dans l’huile isolante ont pu se produire afin d’en éliminer les causes.

    Si le transformateur est plutôt petit ou fonctionne dans une plage de tension faible, les alternatives peuvent être moins adaptées. Dans ce cas, il est important de tenir compte de la quantité d’huile, et donc d’eau, qui reste dans l’isolant en cellulose lorsque l’huile isolante est vidangée. Plus la tension de fonctionnement de l’installation est faible, plus le taux d’huile isolante sera faible. L’ordre de grandeur pour une unité de transmission de 240 MVA ou 400/132 kV serait de 200:1, tandis que pour un transformateur de distribution de 1 MVA ou 11/0,433 kV, il serait d’environ 7:1. Cela signifie qu’une quantité relativement faible d’eau reste dans le transformateur de distribution après la vidange de l’huile isolante, de sorte qu’une vidange peut être considérée comme une solution rentable.

    En principe, un transformateur « humide » peut être assez bien séché sur place. Le matériel et les techniques utilisés à cette fin sont très bien développés et, s’ils sont utilisés correctement, donnent de bons résultats. La vaste flotte d’unités mobiles de traitement de l’huile (MPU) de Electrical Oil Services est la mieux préparée pour cela. Nous vous offrons des conseils complets sur les meilleures pratiques pour votre propre installation. Soit dit en passant, les causes habituelles de résultats insatisfaisants sont l’incapacité à empêcher l’entrée d’humidité et la fin prématurée du processus de traitement. En conséquence, l’huile isolante a été séchée, mais pas l’isolation en cellulose.

Collecte d'huile isolante usagée

  • Puis-je stocker et retourner de l’huile isolante usagée dans n’importe quel récipient ?

    Pas du tout. Parce qu’il est important de minimiser les risques de contamination, notre système d’assurance qualité exige que l’huile soit retournée ou extraite de réservoirs, de fûts ou de GRV appropriés – soit ceux qui ont également été utilisés pour livrer de l’huile isolante, soit ceux qui sont désignés comme des GRV et des fûts vides spécifiquement pour le retour de l’huile de transformateur usagée. En outre, les GRV et les fûts doivent être en bon état. EOS est toujours heureux de vous conseiller sur les conteneurs appropriés.

Prélever des échantillons de pétrole

  • Comment interpréter les résultats de l’analyse de l’huile isolante ?

    La CEI 60422 et VDE 0370 font des suggestions en fonction du type de transformateur. Sur la base des données du transformateur, nous donnons à nos clients des recommandations appropriées selon les spécifications de la norme CEI 60422. Notre service technique sur le terrain est toujours disponible pour répondre aux questions sur l’interprétation des données de mesure.

  • Comment prélève-t-on un échantillon d’huile sur un transformateur ?

    Les échantillons d’huile sont destinés à montrer le vieillissement de l’huile isolante de manière aussi représentative que possible. Elle doit veiller à ce que toute contamination de l’huile soit détectée, tout en le protégeant des sources extérieures. La contamination par l’air ou la pluie ainsi que d’autres influences extérieures doivent être évitées. Si les conditions extérieures sont défavorables à l’échantillonnage, une couverture mobile, par exemple, peut apporter un remède. Si l’huile isolante doit être testée pour les PCB ou les gaz dissous, 500 ml d’échantillon sont généralement suffisants, ainsi que pour d’autres tests de routine.

    Si aucun point spécifique de prélèvement n’est indiqué, placez un adaptateur de prélèvement sur une vanne de vidange ou de filtrage. Assurez-vous que l’extérieur de la vanne et de l’adaptateur est propre avant de les mettre en place. Ouvrez la vanne et laissez l’huile s’écouler de manière contrôlée et ciblée dans un seau par un tuyau en plastique dédié. Nettoyez la vanne, l’adaptateur et le tuyau de l’intérieur en laissant couler l’huile, ce qui peut entraîner la perte de deux ou trois litres. Ne régulez pas le débit dans les cas suivants. Mesurez la température de l’huile qui s’écoule dans le seau ; ne tenez pas le thermomètre dans la bouteille d’échantillon. Rincez la bouteille deux ou trois fois en la remplissant à moitié et en la secouant vigoureusement.

    Secouez également la bouteille lorsque vous versez l’huile afin qu’aucune saleté ne se dépose sur les murs. Répétez la procédure et assurez-vous que l’huile est propre. Laissez soigneusement la bouteille déborder en versant l’huile sur le mur, car cela réduira la quantité d’air mélangé.

    Le trop-plein permettra aux bulles d’air de s’échapper de la bouteille. Passez de l’huile sur le bouchon pour le rincer. Laissez 0,5-1 cm d’air sous le bord et fermez la bouteille à la main sans trop serrer le bouchon et fermez la vanne. Tout en retournant lentement la bouteille, vérifiez s’il y a des saletés visibles ou de l’eau libre. Si le contrôle visuel est positif, jetez l’échantillon et répétez la procédure pour vous assurer que le premier échantillon était représentatif. Remplissez la fiche technique ou étiquetez la bouteille.

  • Comment prélève-t-on un échantillon d’huile sur un appareil de commutation ?

    Bien qu’il soit courant de retirer l’huile des appareils de commutation à des fins d’entretien et de la remplacer par une huile de qualité connue et certifiée, il n’est pas toujours possible de le faire. Cependant, les échantillons « avant et après » sont souvent prélevés à des fins de diagnostic ou de statistiques.

    Les tests visent à obtenir une image précise de la composition de l’huile isolante et à détecter toute contamination éventuelle, à l’exclusion de la contamination provenant de sources extérieures. Il ne faut pas oublier que tout contact avec l’air, le matériel de prélèvement, etc. Si possible, toute influence extérieure doit être évitée, par exemple le contact avec la pluie ou la poussière. Si l’échantillon doit être prélevé dans de mauvaises conditions extérieures, une tente ou une couverture temporaire peuvent être utile. Pour tous les tests de routine ainsi que pour les analyses de PCB et de gaz dissous, 500 ml sont généralement suffisants.

    Nettoyez le couvercle de l’interrupteur, en prêtant une attention particulière au revêtement du joint où les insectes s’accumulent souvent. Retirez le couvercle pour un contrôle visuel. Vérifiez autant que possible le fond du réservoir, si nécessaire avec une lampe de poche, en particulier dans les coins et directement sous les ouvertures, les trappes d’inspection et les prises de courant. Notez le type et la position de toute saleté. Retirez le tube de verre pour le prélèvement de son emballage, contrôlez-le et essuyez-le. Tenez-le dans l’huile au-dessus du fond, fermez l’extrémité supérieure avec un doigt et retirez-le.

    L’huile, qui remplit maintenant la moitié du tube, est utilisée pour rincer l’intérieur du récipient en tout point en le faisant pivoter et tourner. Il est préférable de le faire sur un grand bac d’égouttage. Répétez le processus et observez. De la même manière, retirez un demi-tube de verre remplissant d’huile et versez-le dans la bouteille d’échantillonnage. Laissez le tube dans le réservoir de l’interrupteur, où il est stocké de manière sûre et propre. Après avoir fermé la bouteille, rincez-la en la faisant pivoter vigoureusement. Continuez à le faire lorsque vous versez l’huile pour éviter que des particules de saleté ne se déposent sur la bouteille. Répétez le processus et observez.

    Pour prélever un échantillon au bas de l’interrupteur, là où les particules de saleté sont le plus susceptibles d’être trouvées, fermez l’ouverture supérieure du tube avec un doigt jusqu’à ce qu’il touche le fond du réservoir. Lorsque vous relâchez l’ouverture supérieure, l’huile entre dans le tube par le bas. Vous devez déplacer avec précaution le tuyau le plus loin possible au-dessus du sol.

    Lorsque le niveau d’huile dans le tube est le même que dans le réservoir, ouvrez la bouteille d’échantillon et tirez le tube verticalement hors du réservoir. Tenez la bouteille au-dessus d’un seau ou d’un bac d’égouttage, tenez le tube dans la bouteille – sans que les deux se touchent – et ouvrez l’ouverture supérieure du tube pour que l’huile puisse s’écouler le long de la paroi de la bouteille. Répétez le processus, en prélevant des échantillons en différents points de l’interrupteur jusqu’à ce que la bouteille déborde. Ce débordement permettra aux éventuelles bulles d’air de s’échapper de la bouteille.

    Versez l’excédent d’huile de la bouteille sur le couvercle pour le rincer. Laissez un demi-centimètre à un centimètre complet d’air s’échapper vers le bord et fermez le couvercle à la main sans le retourner. Retournez soigneusement la bouteille d’échantillonnage et vérifiez si des particules solides de saleté ou d’eau libre sont visibles. Si c’est le cas, jetez l’échantillon et répétez la procédure pour vous assurer que le premier échantillon était représentatif. Enfin, remplissez le formulaire d’accompagnement ou étiquetez complètement l’échantillon.

  • Comment prélève-t-on un échantillon d’huile dans un fût ?

    Les échantillons d’huile sont conçus pour représenter avec précision la composition de l’huile et garantir que tout contaminant qu’il peut contenir est trouvé tout en protégeant ceux qui proviennent de sources extérieures. Il convient de noter que tout contact avec l’air, le jeu d’échantillons, etc., toute influence extérieure, telle que la contamination par l’air, la pluie ou la poussière, devrait être exclue. En cas de conditions extérieures insuffisantes, une tente peut être montée ou une couverture de fortune peut être utilisée. Un échantillon de 500 ml est généralement suffisant pour tous les tests de routine tels que l’analyse des PCB et des gaz dissous.

    La température de l’huile dans le fût doit être la même que la température ambiante. Nettoyez le fût autour de la bonde et retirez le joint et le bouchon avec la clé appropriée. Vérifiez que le sceau ne présente pas de signes d’endommagement ou de contamination. Retirez le tube de verre de son emballage protecteur, vérifiez l’extérieur et essuyez-le. Abaissez-le à mi-chemin dans l’huile, placez un doigt sur le dessus et sortez le tube, qui est maintenant à moitié plein d’huile. En faisant pivoter le récipient dans toutes les directions – de préférence au-dessus d’un grand bac d’égouttage – il est complètement rincé avec l’huile. Répétez le processus et observez. Ensuite, retirez un demi-tube d’huile et versez-le dans le flacon d’échantillon. Laissez le tube dans le tonneau, où il est gardé en sécurité et propre. Fermez la bouteille et secouez-la vigoureusement. Continuez à le faire tout en vidant l’huile pour éviter que la saleté ne se dépose sur la bouteille. Répétez le processus et observez.

    Au fond du fût, là où les contaminants sont le plus susceptibles d’être trouvés, prélevez un échantillon en abaissant le tube au fond. Veillez à ce que le trou supérieur du tube soit toujours fermé avec un doigt. Lorsque le fond est atteint, relâchez le trou supérieur et l’huile entrera dans le tube. Déplacez maintenant le tuyau sur le sol et le long des joints inférieurs. Dès que le niveau d’huile dans le tube est le même que dans le fût, ouvrez la bouteille d’échantillon. Gardez le tube fermé en haut et tirez-le verticalement hors du canon. Tenez la bouteille au-dessus d’un seau ou d’un bac d’égouttage, tenez le tube au-dessus de la bouteille sans qu’il entre dans celle-ci, ouvrez le tube par le haut et laissez l’huile s’écouler dans le fût par l’intérieur. Répétez cette opération jusqu’à ce que la bouteille déborde, permettant aux éventuelles bulles d’air de s’échapper. Versez l’excédent d’huile de la bouteille sur le couvercle pour le rincer. Laissez 0,5 à 1 cm d’air atteindre le couvercle et fermez-le à la main, mais pas trop fort. Refermez le canon avec le bouchon. Retournez soigneusement le flacon d’échantillon et vérifiez si des particules de saleté solides ou de l’eau libre sont visibles. Si la contamination est évidente, jetez l’échantillon et répétez la procédure pour vous assurer que le premier échantillon était représentatif. Enfin, remplissez ou étiquetez le modèle de formulaire d’accompagnement.

     

Questions générales

  • Comment interpréter les résultats de l’analyse de l’huile isolante ?

    La CEI 60422 et VDE 0370 font des suggestions en fonction du type de transformateur. Sur la base des données du transformateur, nous donnons à nos clients des recommandations appropriées selon les spécifications de la norme CEI 60422. Notre service technique sur le terrain est toujours disponible pour répondre aux questions sur l’interprétation des données de mesure.

  • Pourquoi faut-il utiliser un tube en verre pour prélever un échantillon ?

    Le verre est recommandé pour trois raisons :
    1 Il ne se raye pas et ne favorise donc pas la contamination.
    2 Il est très facile à maintenir propre.
    3 S’il est encrassé, cela se voit généralement à l’oeil nu.

  • Pourquoi retraiter l’huile isolante alors qu’il est possible de changer l’huile ?

    La vidange d’huile est traditionnellement la méthode de choix pour empêcher une oxydation supplémentaire et une augmentation de l’acidité dans un transformateur. Mais la régénération est beaucoup plus efficace – tant sur le plan technique que financier. Lors d’un changement d’huile de transformateur, jusqu’à 10 % de l’ancienne huile oxydée reste dans l’isolation en papier et dans les composants internes du transformateur. Même si l’huile du transformateur est vidée deux fois, attendue et rincée, on peut s’attendre à ce qu’il en reste jusqu’à 5 %. Dans un grand transformateur de machine d’une centrale électrique, cela correspond à jusqu’à 5 000 litres de vieille huile isolante acide. Dès que l’huile isolante neuve ou recyclée est remplie, le résidu de l’isolation en papier développe son effet de lixiviation, qui a un effet catalytique pour une oxydation supplémentaire.

    En revanche, le traitement sur site permet d’atteindre les zones de l’isolation en papier qu’un changement d’huile classique ne peut tout simplement pas atteindre. Comme les travaux ont lieu dans l’usine elle-même, ainsi que par la circulation et l’apport de chaleur constants, l’isolation du transformateur est soumise à un « nettoyage en profondeur », qui élimine beaucoup plus de produits d’oxydation (acides et boues) que ne le permettrait une vidange d’huile traditionnelle. Le traitement sur site présente également d’autres avantages : si cette option est choisie, il faut beaucoup moins de véhicules sur le site (pas de citernes). Le fait que l’huile puisse rester dans la machine pendant le processus peut être bénéfique pour l’isolation du papier, car elle reçoit un « soutien physique » – un plus dans les cas où le matériau d’isolation n’a plus la meilleure résistance statique en raison de l’âge.

  • A quelle fréquence dois-je effectuer un contrôle par échantillonnage de l’huile dans mon équipement ?

    Les recommandations pour la surveillance de l’huile isolante en service sont contenues dans les normes CEI 60422 (directives pour la surveillance et l’entretien) et VDE 0370 (directives pour la surveillance et l’entretien). Une distinction est faite entre le type de transformateur, la puissance et la charge. Les normes donnent des recommandations sur la fréquence des tests, qui doivent être raccourcis en cas de mauvaises valeurs ou de charges extrêmes.

  • Quelles sont les propriétés typiques de l’huile isolante ?

    Point éclair élevé : il réduit le risque de formation d’un mélange inflammable de vapeurs d’huile et d’air en cas de températures de service élevées

    Faible point d’écoulement : il minimise le risque d’un refroidissement inefficace et d’un déclenchement lent des disjoncteurs à bain d’huile par suite d’une viscosité élevée de l’huile

    Faible viscosité : elle garantit la bonne imprégnation de l’isolation en cellulose, la circulation sans entraves et la transmission de la chaleur

    Faible densité : elle veille à ce qu’il n’y ait pas de cristaux de glace qui circulent librement dans l’huile. De tels cristaux se forment lorsque de l’eau dissoute se dépose et gèle

    Les caractéristiques physiques mentionnées devraient rester constantes durant l’utilisation, sauf en cas de pollution par d’autres substances telles que du gazole, de la paraffine, de l’huile de lubrification ou des isolants liquides.

    Bonne stabilité chimique : elle garantit que des circonstances défavorables (températures élevées, oxygène, cuivre, fer, eau et autres produits oxydants) ne provoqueront pas d’oxydation

    L’oxydation – le processus de vieillissement naturel de l’huile de transformateur – ne provoque pas seulement de la boue qui peut réduire dans certains cas les performances de refroidissement, mais aussi une corrosion du réservoir par des acides volatils. Même une légère oxydation de l’huile dans le transformateur réduit la durée de vie de son isolation en cellulose. Le seul remède est une vidange de l’huile avec un recyclage de l’ancienne huile ou un traitement in-situ.

    Faible proportion d’eau dissoute : elle préserve les propriétés électriques, en particulier en présence d’autres pollutions, et prévient la précipitation d’eau libre à très basse température

    Le rapport dynamique de la teneur en eau de l’huile et de la cellulose ainsi que de la température joue un rôle important. Une teneur en eau élevée influe défavorablement sur l’intégrité électrique, chimique et physique de la cellulose. Un traitement prolongé ou répété sous une forte dépression à l’aide d’une installation sur site sèche l’huile et par conséquent le papier.

    Bel aspect : un « filet de sécurité » pour exclure toutes les impuretés visibles (saletés, poussières, sédiments, eau, etc.) ayant été oubliées lors du contrôle objectif ou qui pourraient influer négativement sur les appareils de contrôle dans lesquels ils sont conservés

    Les impuretés visibles s’éliminent normalement à l’aide de filtres.

    Tension de claquage élevée : elle garantit l’aptitude de l’huile à résister sans dérangements à une valeur élevée de courant alternatif

    Filtrage, séchage et dégazage (c’est-à-dire le traitement avec une installation sous vide élevé) sont des possibilités pour éliminer les impuretés qui provoquent une diminution de la tension de claquage.

    Faible facteur de dissipation diélectrique (FDD) : pour minimiser la perte électrique ou le courant de fuite ; appelé aussi parfois « facteur de puissance »

    Si il est du (ce qui est souvent le cas) à des impuretés solubles – mais pas à de l’eau –, un FDD élevée (ou une faible résistance) ne peut être maîtrisé que par un recyclage ou un traitement de l’huile.

    Faible tendance à l’absorption de gaz : elle minimise le dégagement de gaz sous l’effet de l’électricité

  • Quelles sont les particularités de l’huile diélectrique ?

    D’autres huiles peuvent, dans une certaine mesure, présenter certaines des caractéristiques de l’huile isolante. La particularité réside dans la combinaison des caractéristiques. Lorsqu’elles sont pures et sèches, d’autres huiles de faible viscosité peuvent (par exemple) présenter une tension de claquage élevée et éventuellement une résistance élevée et un faible facteur de perte diélectrique, mais elles ne présenteront plus ces propriétés dès lors que l’huile doit avoir un faible point d’écoulement, un point éclair élevé et une excellente résistance à l’oxydation.

    Il convient notamment de souligner que les huiles isolantes classiques atteignent cet ensemble de propriétés sans l’ajout d’additifs. Ceci est important pour la réutilisation, car elles conviennent ainsi très bien au recyclage.

  • Quels sont les paramètres à mesurer dans le cadre d’une analyse d’échantillon aléatoire ?

    Les paramètres sont recommandés dans la norme CEI 60422 (directives pour la surveillance et la maintenance), VDE 0370 (directives pour la surveillance et la maintenance) et par certains fabricants d’huiles isolantes. Nous proposons à nos clients l’analyse CEI 60422 en standard. Cela comprend l’apparence, la couleur, la teneur en eau, la tension de claquage, l’indice de neutralisation, le facteur de dissipation diélectrique et la tension interfaciale. Pour les huiles inhibées, nous recommandons également de mesurer la teneur en inhibiteurs. Si les valeurs sont mauvaises selon notre analyse CEI, nous recommandons d’autres analyses telles que le gaz dans l’huile ou le furanne.

Régénération des transformateurs

  • Quand la régénération de l’huile est-elle recommandée ?

    Si l’huile isolante est déjà oxydée et que les paramètres tels que l’indice de couleur, le facteur de dissipation diélectrique, l’indice d’acidité et la tension interfaciale sont médiocres, le séchage de l’huile n’est plus suffisant. Si le transformateur est toujours nécessaire et utilisé avec des valeurs d’huile médiocres, il est recommandé de procéder à une régénération de l’huile ou à un changement d’huile. La régénération de l’huile présente plusieurs avantages : par exemple, il n’y a que de courtes interruptions de fonctionnement et l’huile isolante est également retraitée dans les internes et le papier.

    Il est souvent plus économique de régénérer l’huile isolante de votre transformateur, surtout pour les transformateurs de taille moyenne à grande. Pour la régénération de l’huile, nous utilisons une unité mobile hybride ou des unités de grosse capacité. Nos unités disposent de leur propre générateur et ne dépendent pas d’une alimentation électrique externe.

  • Quelle est la différence entre la régénération et le recyclage de l’huile ?

    Ces termes sont souvent utilisés l’un pour l’autre, mais il existe toutefois une petite différence : Le traitement chimique et physique statique d’une huile isolante usagée à l’extérieur de l’installation proprement dite (c-à-d. le travail que nous effectuons dans l’installation EOS d’Ellesmere Port) est appelé  » recyclage « . Par contre, la  » régénération  » s’applique au traitement chimique et physique sur site.

Stockage

  • Pendant combien de temps l’huile isolante peut-elle être stockée dans des GRV et des fûts ?

    Il n’y a pas de durée de conservation typique, car les signes de détérioration dépendent beaucoup plus du type de stockage que de sa durée. Une règle de base est de toujours stocker l’huile isolante dans un environnement aussi proche que possible de l’état idéal et de garder la durée de stockage aussi courte que possible. Si les conditions de stockage sont « idéales » et que le fût est sûr à 100%, le pétrole isolant devrait conserver ses caractéristiques spécifiques presque indéfiniment.

    Toutefois, nous déconseillons de stocker de l’huile isolante dans des GRV ou des fûts pendant plus de six mois, même si les conditions sont très bonnes. Quelle que soit la durée de stockage de l’huile avant utilisation et les conditions, toute huile isolante doit être analysée afin de déterminer si elle possède (en particulier) les propriétés de sécurité qui sont importantes pour la plante dans laquelle elle sera utilisée.

Stockage externe de l'huile

  • Quelle capacité de stockage avez-vous et où est-elle située ?

    Nous avons environ 250 000 litres de ce que nous appelons le “stockage de travail de Stanlow” et les citernes sont situées sur notre base opérationnelle de Ellesmere Port.

  • Quel est le plus petit volume que je peux stocker chez vous ?

    Nous suggérons un volume minimum de 25000 litres, soit une citerne complète, pour stocker en dehors du site, spécialement quand l’espace de stockage est limité, ou quand l’huile doit rester hors du transformateur pendant plusieurs jours. EOS pourrait avoir besoin de la citerne pour d’autres travaux,

    Q- Comment puis-je être certain que la qualité de mon huile sera maintenue ?

    R- Nous avons une procédure qualité très stricte à chaque étape des opérations, depuis la vidange jusqu’au retour sur site. De plus, les citernes sont surveillées par notre laboratoire de contrôle qualité sur site.

    Nos citernes de stockage ne contiendront JAMAIS autre chose que des huiles isolantes.

    Tout ceci en fait un service unique au Royaume-Uni

Traitement d'huiles isolante

  • Quand est-il recommandé de filtrer l’huile et de la sécher ?

    Si l’huile isolante n’a qu’une valeur d’eau importante et une faible tension de claquage et que l’huile isolante n’a que peu vieilli ou s’est oxydée, il peut être économiquement raisonnable de sécher l’huile isolante. Pour ce faire, nous utilisons nos unités MPU mobiles modernes avec des équipements Micafil / Maxei. Le séchage est également recommandé si d’autres travaux sur le transformateur sont nécessaires. En particulier lors du remplacement du joint de couvercle ou du Buchholz, un séchage ultérieur de l’huile isolante est techniquement judicieux et économiquement recommandé.

  • Comment fonctionne le recyclage de l’huile isolante pour composants électriques ?

    Dans l’absolu, l’installation d’EOS de recyclage de l’huile électrique pourrait être qualifiée de « laverie » : le client fournit à EOS de l’huile usagée, et EOS la traite de telle sorte à la rendre conforme aux critères de la norme BS 148. Le client peut ensuite récupérer la même quantité d’huile isolante que celle qu’il a fourni sous forme d’huile usagée. Nous luttons ainsi contre les pertes.

  • Est-il possible de recycler toutes les huiles usagées ?

    En principe, il est possible de recycler toutes les huiles isolantes conformes au départ à la norme BS 148 et composées d’un matériau naphténique. Cependant, l’un des aspects de notre procédure d’assurance-qualité consiste à écarter les huiles inaptes au recyclage pour cause de signes de vieillissement extrêmes ou d’une contamination croisée avec d’autres substances.

  • Est-il vrai qu’un additif doit être ajouté à l’huile de transformateur après le traitement ?

    EOS recommande d’ajouter un inhibiteur d’oxydation à l’huile à la fin du processus de reconditionnement car il contribue à sa résistance à l’oxydation. Ce facteur, également connu sous le nom de stabilité chimique, est la propriété clé qui distingue l’huile isolante de l’huile végétale, par exemple.

    Lorsqu’une huile isolante neuve est utilisée pour la première fois en service, elle doit être capable de résister à toutes les contraintes auxquelles elle est exposée pendant son utilisation. Les exemples comprennent la production de chaleur due au fonctionnement de la centrale, un refroidissement inadéquat ou le contact de l’oxygène dans un transformateur qui respire librement, ce qui accélère l’oxydation. Tout comme le métal devient rouillé et le beurre rance, l’huile minérale devient « acide ». Une bonne huile d’isolation électrique se caractérise par sa capacité à résister à cette oxydation.

    Au cours de la durée de vie d’une huile isolante, qui – selon sa conception et les contraintes opérationnelles – peut être de dix ans dans le pire des cas et de 40 ans dans de bonnes conditions, les propres inhibiteurs d’oxydation – soufre et composés aromatiques – sont épuisés. En même temps, des acides et des boues se forment dans l’huile isolante, ce qui entraîne une augmentation de son taux d’acidité. Pour les transformateurs de puissance, ce chiffre clé est généralement déterminé chaque année par un test de routine et exprimé en mg de KOH/g. Les acides attaquent le papier isolant du transformateur et signifient finalement la fin du transformateur. Une limite supérieure pour ces dommages a maintenant été établie dans la gestion des installations pour les transformateurs de puissance, de sorte que si l’indice d’acidité est de 0,1-0,15 mg KOH/g, une intervention est nécessaire qui augmente l’espérance de vie.

    Le traitement sur place nettoie l’isolation en profondeur et produit une nouvelle huile isolante, tandis que les stocks d’inhibiteurs naturels – soufre et aromatiques – sont réduits. Pour cette raison, nous recommandons d’ajouter un inhibiteur à l’huile.

  • Pourquoi retraiter l’huile isolante alors qu’il est possible de changer l’huile ?

    La vidange d’huile est traditionnellement la méthode de choix pour empêcher une oxydation supplémentaire et une augmentation de l’acidité dans un transformateur. Mais la régénération est beaucoup plus efficace – tant sur le plan technique que financier. Lors d’un changement d’huile de transformateur, jusqu’à 10 % de l’ancienne huile oxydée reste dans l’isolation en papier et dans les composants internes du transformateur. Même si l’huile du transformateur est vidée deux fois, attendue et rincée, on peut s’attendre à ce qu’il en reste jusqu’à 5 %. Dans un grand transformateur de machine d’une centrale électrique, cela correspond à jusqu’à 5 000 litres de vieille huile isolante acide. Dès que l’huile isolante neuve ou recyclée est remplie, le résidu de l’isolation en papier développe son effet de lixiviation, qui a un effet catalytique pour une oxydation supplémentaire.

    En revanche, le traitement sur site permet d’atteindre les zones de l’isolation en papier qu’un changement d’huile classique ne peut tout simplement pas atteindre. Comme les travaux ont lieu dans l’usine elle-même, ainsi que par la circulation et l’apport de chaleur constants, l’isolation du transformateur est soumise à un « nettoyage en profondeur », qui élimine beaucoup plus de produits d’oxydation (acides et boues) que ne le permettrait une vidange d’huile traditionnelle. Le traitement sur site présente également d’autres avantages : si cette option est choisie, il faut beaucoup moins de véhicules sur le site (pas de citernes). Le fait que l’huile puisse rester dans la machine pendant le processus peut être bénéfique pour l’isolation du papier, car elle reçoit un « soutien physique » – un plus dans les cas où le matériau d’isolation n’a plus la meilleure résistance statique en raison de l’âge.

  • Pourquoi utiliser des termes différents – Recyclage et Régénération?

    Le recyclage tel que pratiqué chez EOS à Ellesmere Port débouche sur un produit satisfaisant à une norme reconnue (actuellement BS 148:2009). Par contre, la régénération sur site est une prestation de service, dont le résultat final satisfait certes aux spécifications d’une norme reconnue, mais qui dépend de variables sur lesquelles le prestataire ne peut pas influer.

  • Pourquoi régénérer l’huile plutôt que de la vidanger tout simplement ?

    La vidange est traditionnellement le moyen retenu pour lutter contre l’augmentation de la teneur en acide dans une unité de transformateur, bien qu’une régénération de l’huile soit nettement plus efficace du point de vue technique et financièrement plus rentable.
    Lors d’un remplacement de l’huile d’un transformateur, jusqu’à 10% de l’ancienne huile oxydée restent dans l’isolation papier de l’installation, et même une deuxième vidange suivie d’un temps d’attente et d’un rinçage ne permet pas de descendre sous les 5%. Pour un gros transformateur pour machines d’une centrale énergétique, cela peut représenter jusqu’à 5000 litres d’huile usagée acidifiée. Dès que l’huile neuve ou recyclée est versée dans le transformateur, le résidu présent dans l’isolation papier exerce son effet lixiviant, avec un effet de catalyseur pour l’oxydation ultérieure.

    Par contre, une régénération sur site permet d’accéder aux zones de l’isolation papier qui sont hors de portée avec une simple vidange. Du fait de l’intervention directement sur site, de la circulation permanente de l’huile et de l’apport de chaleur, l’isolation du transformateur est soumise à un « nettoyage en profondeur » qui permet d’éliminer beaucoup plus de produits d’oxydation (acides et boues) qu’une classique vidange ne serait en mesure de le faire. En plus de ces avantages qualitatifs, la régénération sur site offre encore d’autres avantages : le recours à cette option réduit le nombre de véhicules nécessaires sur l’installation (pas de camions-citernes). Le fait que l’huile puisse rester dans le transformateur pendant le processus est bénéfique pour l’isolation papier qui reste ainsi « physiquement soutenue »– un avantage dans les cas où le matériau isolant ne présente plus une solidité optimale pour cause de vieillissement.

  • Quelle est la différence entre la régénération et le recyclage de l’huile ?

    Ces termes sont souvent utilisés l’un pour l’autre, mais il existe toutefois une petite différence : Le traitement chimique et physique statique d’une huile isolante usagée à l’extérieur de l’installation proprement dite (c-à-d. le travail que nous effectuons dans l’installation EOS d’Ellesmere Port) est appelé  » recyclage « . Par contre, la  » régénération  » s’applique au traitement chimique et physique sur site.

  • Dois-je remplacer l’huile isolante de mon transformateur lorsque la teneur en eau est élevée ?

    Dans ce cas, la réponse est généralement non. Il existe des méthodes plus efficaces et plus durables pour traiter les cas de forte teneur en eau, souvent associés à une faible tension de claquage. Il est important de rappeler que nous nous concentrons principalement sur la teneur en eau du transformateur, et en particulier sur son isolation en cellulose. Le fait que nous mesurions habituellement la teneur en eau de l’huile isolante est avant tout une question de pratique – et l’échantillon d’huile dont la teneur en eau est mesurée en dit long sur l’intérieur du transformateur. La charge du transformateur et les calendriers d’entretien du transformateur doivent également être pris en compte lors d’une telle décision.